Pour une réelle équité
La réforme des rythmes scolaires

Le ministre socialiste de l'Education, nous a imposé une réforme mal pensée. Mais la loi, c'est la loi... Nous ne pouvons tergiverser et Halluin doit bien évidemment respecter la loi !

 

En septembre 2014, dans les villes environnantes, des TPA de très grande qualité ont été mis en place. On peut notamment citer Roncq, où les enfants bénéficient de contenus scientifiques, tandis qu'à Neuville-en-Ferrain, la nouvelle municipalité propose aux élèves de faire du théâtre...

 

A Halluin qu'en est-il ?

 

Du propre aveu du maire et de son adjointe à l'éducation, Madame Six, les enfants halluinois ne bénéficient pas de véritables TAP.  De la garderie, parfois des  aides aux devoirs et des "mini-TAP" tout au plus...
Ceci est bien évidemment choquant, car cela va à l'encontre du principe d'égalité. Nous ne pouvons en effet, nous satisfaire de voir les enfants halluinois moins bien lotis que leurs voisins neuvillois ou roncquois.

 

Hélas, en dépit de nos nombreuses relances faites auprès du maire, nous n'avons toujours pas reçu de réponses satisfaisantes à nos questions. C'est même le flou le plus complet !

 

Nos questions sont pourtant simples :

 

- Que prévoit-on pour les prochains TAP ?

- Quel sera leur contenu ?

- Quels seront les enseignements prodigués ?

- Qui encadrera les enfants ?

- Quelle sera la formation de ces personnels ?

- Les normes d'encadrement seront-elles respectées ?

 

Face à cette situation préoccupante, nous souhaitons  :

 

1. Que tout soit mis en oeuvre pour proposer des TAP adaptés aux enfants (sport, musique, activités manuelles, initiation aux langues étrangères, théatre etc... )

2. Que le personnel soit qualifié et habilité à encadrer les enfants.

3. Que les enseignants et les parents soient écoutés et associés à cette mise en place pour la rentrée... 2015.
4. Des réponses précises du maire, car une année scolaire perdue, ça suffit comme ça !

 

Le principe de parité entre l'enseignement privé et l'enseignement public décrit dans l'article L. 442-5 du Code de l'Education, implique que les dépenses de fonctionnement des classes sous contrat d'association soient prises en charge dans les mêmes conditions que celles des classes correspondantes de l'enseignement public.

 

A Halluin, pour certaines écoles, le montant réellement perçu (forfait communal + ATSEM + entretiens + services rendus par la ville) n’est pas tout à fait à la hauteur de ce qu’il devrait être. Or, lorsqu’elle ne respecte pas le principe d'équité, une ville se place hors la loi …

 

Ceci est d’ailleurs une fâcheuse habitude chez les socialistes. Ainsi Martine Aubry a dû faire face, pour cette même raison, à un contentieux qui a coûté très cher à la ville de Lille.

 

Nous veillerons donc naturellement à ce que pour toutes les écoles halluinoises, l’équité soit réelle. Les ATSEM, les entretiens et les services assurés par la ville, sont précieux et utiles. Nous les maintiendrons bien évidemment. Parallèlement, pour ne pas léser certaines écoles, un forfait plus favorable devra être convenu. Ceci évitera ainsi à la ville de se faire condamner devant le tribunal administratif...
Rappelons qu’une telle condamnation coûterait très cher aux Halluinois et entraînerait une forte hausse des impôts locaux.
C’est ce que nous voulons éviter !

La société de restauration qui confectionne les repas de nos écoliers fournit des prestations de qualité parfois inégale.

Voilà ce que nous proposons :

 

- Organiser des visites de contrôle imprévues de conseillers municipaux dans les différents restaurants scolaires de la Ville afin de vérifier la qualité de la prestation.

 

- Veiller à ce que, le plus souvent possible, des fruits et légumes frais, «bio » et d’origine française, soient donnés à nos enfants.

 

- Etudier la possibilité que les repas soient confectionnés, non plus de façon industrielle par une société privée, mais dans les cuisines municipales de la Ville de Tourcoing, suffisamment dimensionnées pour assurer une production en intercommunalité.

 

Nos voisins de Roncq réfléchissent égalment à cette option.

 

La connaissance du néerlandais constitue un véritable atout pour l’obtention d’un emploi, en Belgique bien entendu, mais également en France, auprès de toutes les enseignes recevant des clients néerlandophones.

La MJC propose déjà des cours, tandis que l’école et le Collège du Sacré-Cœur d’Halluin mettent en place une initiation, de grande qualité, au néerlandais. Nous souhaitons que cela se généralise à toutes les écoles : notre situation de ville-frontière est un atout que nous devons valoriser !

Nous encouragerons et accompagnerons toutes les initiatives permettant aux Halluinois qui le souhaitent, d’apprendre le néerlandais.

Et pourquoi pas un partenariat avec la Maison de la Culture de Menin ? 

Améliorer les repas dans les cantines scolaires
Favoriser l'enseignement du néerlandais ...

Donner la meilleure scolarité à nos enfants​

 

"L' éducation est l'arme la plus puissante que l'on puisse utiliser pour changer le monde" (Nelson Mandela)